MOTIFS ANIMALIERS

LE SERPENT

En Perse, le serpent signifie partout le renouveau, considérant son phénomène de mue comme une transformation de l’être mauvais en être bon.

Le serpent est représenté sur des tapis de nomades des régions sèches et arides; il semble qu’il s’agit d’un appel lancé au serpent, maître de l’eau et régénérateur, dont l’homme a besoin pour sa survie.

 

 LA TORTUE

La tortue est l’image de l’univers et elle contribue à sa stabilité.

Elle symbolise le ciel par sa carapace ronde et la terre ( plate comme elle).
On retrouve là le symbole du dôme représentant la voûte céleste.
Le prophète Mahomet, élevé au ciel, décrit le dôme comme une « coupole de nacre blanche reposant sur quatre piliers ».
La coupole est l’esprit universel enveloppant le monde, les piliers sont les angles du cube cosmique, ses composantes animiques et corporelles.
Sa carapace et sa cervelle servent à préparer des drogues d’immortalité.

LES OISEAUX : LE PAON

Dans l’art persan, deux paons placés de part et d’autre de l’arbre de vie symbolisent le dualité psychique de l’homme.

Dans la tradition bouddhique, le paon illustre la compassion.

Dans la tradition chrétienne, le paon représente l’immortalité.

 

LES OISEAUX: LE CYGNE

Dans tout l’Orient, le cygne est symbole de la lumière fécondatrice.

Au Caucase, il subsiste une légende:
Trois cygnes qui n’étaient que trois jolies jeunes femmes, se baignaient dans un lac merveilleusement bleu. Un homme passa et vola un vêtement.
Deux des cygnes purent reprendre leurs ailes et s’envoler. L’autre resta à terre. L’homme la prit pour épouse et elle lui donna seize enfants. Après cet exploit, elle s’envola dans le ciel en recommandant au chasseur de faire célébrer des fêtes spéciales en son honneur.
Deux fois par an, elle passera dans le ciel avec les siens et rendra fécondes les femmes stériles.

En Chine, le cygne a une signification impériale. Afin que leur souverain mythique soit à la hauteur de ses charges, on lui fait boire du sang de cygne, symbole de noblesse et d’élégance.

LE DRAGON

Animal mythologique d’origine chinoise, symbolisant la bonne fortune. Il représente la puissance. Il est le symbole de la force vitale et créative de la nature (yang) et en même temps de l’empereur.
Cet animal fabuleux est représenté avec des ailes et une queue de serpent.
Dans le folklore chinois, le dragon est un poisson transformé, figuré voguant sur une eau impétueuse et dissimulé à moitié par les nuages.
Associé à la pluie et à la fertilité, il est représenté poursuivant une boule entourée de flammes, dite « perle », sans doute le symbole du tonnerre ou du soleil.

Les dragons sont tous gardiens de trésors cachés, des valeurs sacrées. Le dragon est le subconscient, gardien vigilant de l’esprit originel.
Le dragon symbolise aussi la bonté et la sagesse. 

Le dragon apparaît plus ou moins stylisé dans des formes simples ou complexes à déchiffrer.

L’ARAIGNEE

Dans les pays islamisés, l'araignée est bénéfique. Le Prophète, selon la légende, aurait été soustrait à la vindicte de ses poursuivants par une araignée blanche, qui aurait tissé sa toile, sitôt le prophète réfugié dans une grotte ; les poursuivants ayant alors passé leur chemin.
L’araignée noire ou brune, la tarentule, comme le scorpion est néfaste et suscite la crainte. En effet, constamment prêts à piquer, ils sont synonymes d’agressivité, de violence.
Leur façon de se dissimuler sous les objets usuels, ou le vêtement de l’homme, de se glisser jusque dans sa couche, inspire la méfiance et laisse à penser que l’ennemi est d’autant plus dangereux qu’il se tient dissimulé près de soi.
Leur utilisation vise à s’en protéger.

L’araignée est aussi un symbole cosmologique : la forme rayonnante de la toile d’araignée symbolisant le soleil qui sécrète ses rayons, comme l’araignée ses fils. Elle est aussi le symbole du tissage.
En Asie centrale, elle représente l’âme libérée du corps.
Dans d’autres régions, elle symbolise, par son fil, le lien entre le créateur et sa créature, la terre et le ciel.
Tapis du Caucase. Dans chaque médaillon, quatre grosses araignées.

  

LE SCORPION, LE CRABE

 Animal dont la marche latérale est synonyme de prudence.

Les pinces, en demi-cercle comme un croissant de lune, aux extrémités acérées, griffées dans la nuit comme dans la mer sont aussi un rappel du croissant islamique.

 

LE PHENIX

Le phénix : aigle gigantesque, au splendide plumage, il se détruit par le feu, tous les 100 ou 500 ans selon les légendes, et renaît de ses cendres.
Associé au Soleil, il symbolise la longévité, le renouveau éternel et l’immortalité.

On trouve aussi des tapis de Chine, du Népal, du Tibet associant dragon et phénix.

 

LES OISEAUX : L’AIGLE

L’aigle est porteur du feu divin, symbole céleste et solaire.

Les Turcs ont des représentations de cet oiseau depuis le XIIIè siècle ( aigle bicéphale seldjoukide à Konya).
Au Caucase, le Très-Haut envoie l’aigle au secours des hommes tourmentés par les mauvais esprits qui leur apportent la maladie et la mort.
Symbole de l'indépendance, de la force, de la noblesse, plus particulièrement sur les tapis du Caucase

Dans la tradition préislamique de l’Iran, l’aigle représente la puissance et la force, il annonce la victoire.

La représentation d’Ahura Mazda est partout sous la forme d’un aigle aux ailes déployées.
Ci-dessous, tapis du Caucase, Kazak Adler: Aigle
Le champ pourrait représenter un aigle dépourvu de tête, peut-être pour des questions religieuses, d’où pointent la queue, les ailes et le cou. Le corps de l’oiseau se détache sur un motif cruciforme élémentaire.

LES OISEAUX : LE COQ

Par rapport à tous les autres animaux, le coq jouit dans tout l’Orient d’une grande vénération.

Dans le zoroastrisme, religion des anciens persans, il réveille les croyants et les invite à l’aurore à réciter les prières du matin.
Dans l'Islam, le fidèle qui repousse la tentation de la paresse et se lève vivement au premier chant du coq, entrera le premier au paradis.
Non seulement, le coq est le protecteur de la foi, mais il est celui qui annonce l’avènement du soleil effaçant les mauvaises influences de la nuit; il éloigne les esprits méchants des maisons et des tentes.

Il écarte le démon-génie qui porte l’être au désir malsain, à la convoitise et à la soif du mal.
Il est l’éternel combattant entre le bien et le mal.